top of page

Cherifa afiri

IMG_7945_edited_edited.jpg

​​“Je veux aider toutes les femmes à s'imposer et à grandir.

L'interview🎙

#ITW ITINÉRAIRE AUDIO DIGITAL  

 

Quel est ton job aujourd’hui ? 

 

J’ai 48 ans et je suis Country Director au sein de l’adtech audio Targetspot by Azerion, une plateforme de monétisation audio digitale. Notre objectif est d'évangéliser les agences média et les annonceurs aux formats audio (live audio, podcasts replay et natifs, audio in game, audio in video, et toucher un nouveau mode de consommation. Targetspot, a été récemment racheté par Azerion, un groupe Européen de média.  Azerion est une plateforme technologique et de data au service des marques et agences qui regroupe tous les médias dans une solution publicitaire 360.


 

Comment intègres-tu le secteur de l’audio ? 

J’ai commencé dans le monde de la musique. J’arrivais d’Amiens, j’étais passionnée de musique et de cultures urbaines. Fan de rap américain, j’ai commencé ma carrière en 1993 en  étant la présidente d’une association “ Black Queen ‘ qui avait pour mission de faire connaître cette nouvelle culture dans “le Grand Nord” en organisant des concerts dans le avec des DJ tels que Dee Nasty, Cut Killer mais aussi des rappeurs tels que Fabe, La Scred Connexion, La cliqua etc.... Le Mouvement hip-hop s'installe en France et je voulais m’inscrire dans cette culture mais avec difficulté car les femmes sous représentées et devait utiliser les codes masculins pour émerger. Ma première expérience fut était dans le display  en étant la stagiaire de 2 acteurs majeurs de la radio et du digital : Bruno Laforestrie et Cyril Zimmerman qui avait fondé la première régie digitale française Hi-Media. Cette rencontre déterminante m’a permis de suivre Bruno Laforestrie dans une nouvelle aventure, le lancement de la Première Radio Hip-Hop Française, Générations 88.2, avec un stage non rémunéré mais peu importe! En tant que Responsable de la Communication. 

Quel est ton parcours ?  

 

Après un stage au sein de Générations 88.2, j’ai eu la chance de croiser le chemin de Fabrice Milition & Christophe Wagnies (Fondateur du Magazine des Cultures Urbaines Radikal). Je suis devenue Responsable communication et partenariats pour le magazine RadiKal avec mon premier CDI en poche!  J’ai participé au développement de la marque, au développement des partenariats avec les maisons de disques, le luxe, le retail etc..Fort de leur succès, les deux compères ont décidé de lancer un second magazine, Divine, un magazine Féminin   pluriculturel et urbain pour les 20-25 ans. Mais ça n'a pas marché avec une concurrence assez forte donc très compliqué pour la presse indépendante. Ensuite, j’ai travaillé chez Lagardère Publicité pendant 12 ans en diffusion audiovisuelle et planning avant de rejoindre Targetspot en 2013. Targetspot recherchait une responsable développement éditeur.. Je me suis dit “why not tenter l’aventure de  la start up”. Ça fait 10 ans maintenant. 


 

Comment as-tu progressé et rebondit professionnellement ? 

 

J’ai toujours rebondi. Après l’échec du magazine Divine, j’ai repris mes études en relations publiques, ce qui m’a permis de rentrer notamment chez Lagardère. Après Lagardère, j’ai aussi fait un MBA en stratégie digitale. J'aime me remettre en question et grandir. 


 

Quelles ont été tes clés de réussite pour évoluer ? 

M’adapter. Quand je suis arrivée chez Lagardère, tout était nouveau, je venais de la culture de la rue et de la débrouille. Il y avait une présidente à la tête mais l’environnement était très masculin, hiérarchisé avec beaucoup de process. J’ai appris les codes, créé mon réseau. J’ai travaillé mon langage, mon côté leadership. C’était un modèle qui fonctionnait à la méritocratie. J’ai pu en quelques années devenir Directrice des opérations et couvrir le scope plurimedia, télé, radio, presse .

 

#ITW WOMEN EMPOWERMENT

 

En tant que femme, comment as-tu vécu ton parcours professionnel ? 

A l’époque, on n’était pas encore dans la sororité et pour la réussite des femmes, on n’avait pas encore les réseaux d’entraides ou la stratégie de la « courte échelle ».

Les femmes devaient prendre les codes des hommes, on était obligées de se blinder et d'être égoïste. Ça a été très difficile pour moi. J’ai dû prouver que j’étais capable d’avoir des postes à responsabilité en étant femme et avoir de l’ambition sans redouter de poindre la réflexion « Elle a les dents qui raient le parquet ». J’adorais plus jeune écouter deux morceaux qui me donnait l’envie de continuer à me battre dans ce monde si difficile en tant que Femme mais aussi en tant que Chérifa. C’était  le morceau du rappeur Fabe « Rien ne stoppe mon avancée » et « la quête » de Jacques Brel qui m’ont accompagnés tous les matins pendant des années 😊.  

 

D’où vient, cette valeur féministe ? 

Ma mère ne savait ni lire ni écrire, elle était coupée du monde, avec une dépendance à mon père et ensuite à ses enfants. Elle avait une intelligence émotionnelle très forte qu’elle m’a transmise. Avec du recul, c’est elle qui m’a transmis le sens du travail et de l’indépendance. Et puis, je n’ai pas eu d’autre choix que de porter mes convictions. J’ai été élevée dans un schéma patriarcal, alors j’ai combattu tous les blocages pour me hisser et gagner mon indépendance. Les femmes à l’époque n’avaient pas le pouvoir. Moi, j’ai été le chercher. Aujourd’hui je suis féministe mais pas chienne de garde. Je veux aider toutes les femmes à s'imposer et à grandir. 

 

As-tu vu les choses évoluer dans le temps ?

 

La donne a changé quand le digital est arrivé. Dans le digital, il  y avait une mixité de profils, de cultures et d'origines. En parallèle, la société a évolué notamment avec de nouvelles lois. Je suis aujourd’hui heureuse de travailler dans cet environnement, on est toujours en mouvement et ce n’est pas un univers normé, ça, c'est formidable !

 

Quel message souhaites-tu faire passer dans cette ITW ? 

Je voudrais montrer que tout est possible! Je n’ai pas fait d’école d’ingénieur et pourtant je travaille dans le digital et j’adore la technologie. C’est la force de la curiosité et de l'ambition. Je pense en revanche qu’il y a encore du travail, dans le digital, beaucoup de femmes ont encore peur et certains biais. Par exemple, ça été compliqué pour moi d’avoir un enfant, je me suis posé beaucoup de questions sur ma grossesse et son impact sur mon parcours professionnel. Il faut encore lutter contre ce plafond de verre et le sous-représentation des femmes dans les boards ou organes de décision.

 

Pourquoi soutenir le réseau Women & Podcasts ? 

C’était une évidence d’accompagner ce réseau, de pouvoir aider les femmes à gérer leur carrière dans le secteur. 

 

Qu’est-ce que Targetspot peut apporter au réseau ?  

On peut apporter une aide, une expertise digitale, des conseils sur comment améliorer la partie business, comment bien monétiser les contenus.On peut aider aussi sur la partie légale, l’expertise publicitaire.

 

En quoi le podcast est-t-il un média puissant ? 

Ce sont des programmes intimistes sur des sujets nécessaires à appréhender. Le podcast natif est une parenthèse enchantée dans nos quotidiens. Qui peut nous aider professionnellement et personnellement, nous donner des clés dans notre quotidien. C’est un peu comme un compagnon de vie, il peut être coach, drôle, sportif  et tout ça, sans image mais avec beaucoup d’imagination. C’est finalement un média assez complet, une porte ouverte à toutes les possibilités.

 

Ta playlist ?

Pour ma fille, les podcasts de Paradiso Media « Histoires pour enfants à écouter » et « Les podcasts d’Auden » sur la plateforme Ausha

Pour moi, “Kiffe ta race”, “Ose” et les podcasts en replay de Radio France notamment France culture et le replay « A voix nue ».

bottom of page